Cours : Technique du dessin - Représentation

Jeudi 10h - 12h30

« Un apprentissage destiné à exercer votre œil et votre esprit de synthèse »

 

Le dessin et la peinture ne sont qu’un prolongement de l’art de voir. Apprendre à regarder et à voir d’une manière intelligente et consciente est un préambule indispensable à une interprétation picturale « réussie ». Quelle que soit la nature du modèle, l’observation est aussi importante que la technique.

Contrairement à l’opinion courante, nous possédons tous une dextérité suffisante pour dessiner. Il suffit « juste » de travailler son aptitude manuelle, et sa capacité à observer le monde qui nous entoure. Si apprendre les techniques du dessin est une étape primordiale de cet apprentissage, il est tout aussi important d’apprendre à voir.

L'Imagerie

Le dessin est un des moyens fondamentaux, peut-être même la base de toute création visuelle. Il est la voie éminemment directe, et réfléchie, de toute visualisation. Le dessin n’est pas juste un moyen par lequel on va réaliser un produit fini. Car dessiner est une façon spécifique d’écrire. On peut estimer que le dessin est un moyen d’expression qui se substitue à la parole. On dessine, idéalement pour ne pas avoir à dire. Et cet outil de communication est aussi un outil de recherche.

Le dessin est aussi un exercice. Pour arriver à ses fins, comme un musicien se doit de faire des gammes tous les jours, l’auteur doit délier sa main, pour arriver à un trait le plus maîtrisé possible, ou en tout cas, le plus en accord avec la représentation qu’il se fait de son travail à venir. Figures, postures, mains, pieds, décors,... isolés ou mis en scène, tous les éléments susceptibles de se trouver dans l’image sont exercés, afin que le trait soit en harmonie avec la forme. Le dessin est un exercice de la répétition. Car nous le verrons, il est aussi affaire de mémoire et d’observation. La compréhension de la forme facilite sa reproduction sur le papier ; la mémoire de cette forme permet de la multiplier sans modèle et de s’approprier ses composantes ; la maîtrise du trait enfin, combinée à la poésie de son tracé donne au dessin toute sa dimension esthétique. Car le trait est producteur de sens, en même temps qu’il est bénéficiaire d’une identité, une marque de fabrique et de connaissance qui permet de distinguer un dessinateur par rapport à un autre.

C’est dans ce sens que les élèves seront amenés à répéter de façon régulière les exercices de représentation du corps humain et de natures mortes. Cette répétition va amenée à une meilleure compréhension des éléments observées, et surtout, une faculté accrue de restitution par la main, de ces formes sur le papier.


Les outils de la représentation :

Le rapport entre l’auteur et sa technique est fondamental dans la compréhension d’une œuvre et des enjeux esthétiques. Le choix d’un outil plutôt qu’un autre n’est jamais anodin. Il est le fruit d’une longue recherche pour trouver un équilibre entre la maîtrise et le rendu. Avant de choisir une technique, il faut en essayer beaucoup. Et lorsque l’une d’elles paraît se détacher des autres, il convient alors de multiplier les essais pour que l’utilisation devienne naturelle, et que l’outil constitue un prolongement de la main. « Maîtriser une technique, c’est posséder le système de référence permettant de jauger le potentiel pictural de nos perceptions. » (Ian Simpson, Encyclopédie, Les bases du dessin, Fleurus-Idées, 1994).

Nous aurons donc l’occasion de faire l’étude d’outils aussi variés que : crayon, gras, fusains, encres, techniques combinées ainsi que des différents supports..

« Le dessin comme moyen d’expression et de développement d’une représentation graphique personnelle. »

Nb : Considéré comme un enseignement de base, l’enseignement du dessin est transversal à la pratique des ateliers. Ces questionnements se retrouveront donc dans tous les autres cours de l’atelier.